Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· A VOIR OU A ENTENDRE (14)
· ACCUEIL (2)
· DE LA PUB ! (10)
· DES MOTS, TOUJOURS DES MOTS (3)
· DROIT D'AUTEUR (2)
· HDA / Aide méthodologique (5)
· HUMOUR TOUJOURS (9)
· INSOLITE (2)
· LA CHORALE (17)
· LE COIN DES LYCEENS (5)
· Madame, ça a sonné ! (2)
· Niveau 3eme (11)
· Niveau 4eme (10)
· Niveau 5eme (5)
· Niveau 6eme (7)
· POUR LES PROFS (1)
· SORTIES PEDAGOGIQUES (4)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· LE SACRE DU PRINTEMPS: entre rupture et continuité
· L'AFFICHE ROUGE
· LE MYTHE D'ULYSSE (HDA)
· MUSIQUE AU MOYEN-ÂGE
· ARTISTES DANS LA TOURMENTE / La chanson de Craonne

· DE L'AFRIQUE AUX CHAMPS DE COTON
· MUSIQUE TRADITIONNELLE D'AFRIQUE
· Psychose, analyse de la scène de la douche
· MUSIQUE AU CINEMA / I- Le vocabulaire
· Musique horizontale / Musique verticale
· Musique et esclavage: le combat des abolitionnistes
· Musique populaire / Musique savante : la valse
· LA VOIX: comment ça marche ?
· LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DU JAZZ
· L'épreuve orale d'histoire des arts: ça se prépare !

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Statistiques

Date de création : 15.07.2012
Dernière mise à jour : 21.11.2014
117articles


ARTISTES DANS LA TOURMENTE / La chanson de Craonne

Publié le 15/11/2014 à 20:31 par punsolamusique
ARTISTES DANS LA TOURMENTE /         La chanson de Craonne

          Soldat blessé (1916) - Gravure (détail) / Otto Dix (peintre expressionniste allemand)

 

 

 

 

 

La boue, l’attente, la peur le froid,

l’absurdité d’une guerre terriblement meurtrière...

 

 

 


  

Extrait d'un  "Long dimanche de fiançailles" film réalisé en 2004 par 

Jean-Pierre jeunet d'après le roman de Sébastien Japrisot (1991)

 

 

 

 

En marge des combats, des musiques et des chants vont naître, rythmant le temps, permettant aux soldats de mieux supporter la dureté du quotidien mais aussi de s’ingurger contre les ordres du commandement militaire.

 

De nombreux soldats vont écrire des lettres (cf ton cours de français sur l'étude de "Paroles de Poilus") mais aussi des textes sur des airs à la mode.

 

Ces chansons vont ensuite se transmettre oralement de tranchée en tranchée.

 

 

Certaines chansons clairement antimilitaristes,

seront censurées.

 

 

 

Je te propose d’analyser la plus célébre de ces chansons écrite pendant la « der des der »:

 

 

La chanson de Craonne

 


Chanson de Craonne par Horadrim

 

 

Le contexte historique

 

 

 

1917

L'offensive de Nivelle

L'échec du Chemin des Dames

 


Chemin des dames 1 par Horadrim

Partie 1 : http://www.dailymotion.com/video/x32ccp_chemin-des-dames-1
Partie 2 : http://www.dailymotion.com/horadrim/video/x32cp6_chemin-des-dames-2
Partie 3 : http://www.dailymotion.com/horadrim/video/x32iht_chemin-des-dames-3

 

 

  http://fr.wikipedia.org/wiki/Mutineries_de_1917

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chemin_des_Dames

et bien entendu

ton cours d'histoire !!!

 

 

 

Le rapport

texte / musique

 

Le texte

 

 

 

 

A la lecture du texte de la chanson, nous pouvons noter une progression au niveau des sentiments évoqués.

 

Dans la première partie de la chanson, c'est la lassitude et le désespoir face aux conditions de vie dans les tranchées qui sont exprimés (en complément cf ton cours d'histoire).

 

A partir de C3 et dans R2, le ton change.

 

Le texte évoque alors l'amertume et la colère des soldats face à "ceux de l'arrière" qui ont décidé de cette guerre et qui ne sont pas au front.

 

Le texte est explicite, il incite les soldats à ne plus combattre, à se mutiner.

 

C'est cet aspect du texte clairement antimilitariste qui vaudra de très lourdes sanctions aux soldats qui interpréteront cette chanson: nombreux seront condamnés à la cour martiale.

 

Avertissement

 De nombeux sites indiquent qu'une très récompense  aurait été promise à qui en dénoncerait le ou les auteurs:

1 million de francs-or et la démobilisation immédiate

Ceci, d'après les historiens est une légende !!!

 

 

  

Une musique décalée par rapport au texte

 

 

Lorsque l'on fait l'analyse de la chanson de Craonne (cf fiche HDA), on se rend très vite compte qu'il y a un décalage, une contradiction entre la mélodie et le texte.

 

La mélodie est composée sur une mesure à 3 temps ce qui lui donne un caractère dansant et entraînant alors que le sens du texte est lui très sombre, voire tragique.

 

Cet élément s'explique par le fait que les paroles de la chanson de Craonne ont été écrites sur un air préexistant, celui d'une valse populaire composée par Charles Sablon  dont le titre est "Bonsoir m'amour".

Ce procédé appelé "timbre" qui consiste à écrire des paroles sur un air connu était souvent utilisé par les chansonniers de l'époque. 

 

C'est l'utilisation de cette technique d'écriture

(sur "timbre")

qui a permis la rapide "propogation" de la chanson

dans les tranchées.

 

 

 

Voici un extrait des paroles d'origine, les paroles de

"Bonsoir m'amour"

 

"Bonsoir m'amour, bonsoir ma fleur,
Bonsoir toute mon âme !
O toi qui tient tout mon bonheur
Dans ton regard de femme !
De ta beauté, de ton amour,
Si ma route est fleurie,
Je veux te jurer, ma jolie,
De t'aimer toujours !"

 

Pour écouter le titre original

 

http://www.deezer.com/track/6205805

 

 

Tu peux maintenant mieux comprendre les raisons du

décalage entre

la musique et le texte de la chanson de Craonne

 

 

 

La chanson de Craonne

au cinéma

 

 

"Un long dimanche de fiançailles"

(2004)

film de Jean-Pierre Jeunet

 

 

 

 

 Feuilleton pour la télévision française

 

 

 

 

 

 

 

Oeuvres artistiques à mettre en relation

 

Louis Aragon

Ecrivain et poète français

 

Louis Aragon n'a que 16 ans quand éclate la guerre. Il est mobilisé en 1917 et est incorporé en tant que médecin-auxiliaire au 355erégiment d'infanterie en 1918. Il se trouve alors près de Soissons et va suivre la contre-offensive alliée sur le Chemin des Dames en septembre 1918.

C'est là qu'il commence son premier roman Anicet. Il évoquera cette expérience du front à travers la fiction comme dans le roman Aurélien (extrait art wikipédia)

 

Louis Aragon nous livre son témoignage dans une fiction

 

Extrait du roman "Aurélien":

"Je me souviendrai toujours... C'était au Chemin des Dames... Le docteur, je ne le connaissais pas, il venait d'arriver au bataillon... J'étais sergent alors... J'avais une section... C'était un peu à l'ouest de Sancy... on tenait la ligne du chemin de fer... on avait avancé après un pilonnage, mazette, un pilonnage ! Devant nous, tout était bouleversé. Plus de tranchées, des trous d'obus, des entonnoirs... On avait avancé comme on avait pu... sur la pente, et un peu où ça faisait pla­teau... et reculé par-ci par-là..., on ne savait plus où on en était... Je vous ennuie? — Mais non, — dit Bérénice, — au contraire... — Il y avait du Boche en avant, de côté, en arrière... L'artillerie tapait dans le tas... On voyait dans ce qui avait été du barbelé un particulier qui n'avait pas pu se tirer des pieds... Personne ne songeait à aller le repêcher, je vous jure... Enfin, une chienne n'y aurait plus reconnu ses petits... Là où était ma section, ça avait encore forme humaine... parce qu'on tenait un boyau où on s'était battu... et qu'on avait cloisonné avec des sacs de sable... Seulement il y avait deux Fridolins blessés qui s'avançaient quand on avait entassé les sacs... Alors ils étaient tombés le bec en avant, les pieds chez eux, la tête chez nous. Et feuilletés dans les sacs... des vrais sandwiches... Pas mèche de les dégager, vous saisissez : on avait aussi peur d'un côté que de l'autre... et puis recommencer le bousin pour deux bonhommes... Seulement le soir tombait, et ils ne se décidaient pas à clamser... Ils gueulaient encore... Ça devait leur faire mal quelque part... Une guibolle... Enfin, quoi! Ils gueulaient... Dans le secteur on ne bougeait plus... chacun le doigt sur la gâchette, terrés... Alors, quand ils se remettaient à gueuler, les mitrailleurs à tout hasard envoyaient une volée... Tac tac tac tac tac... et ça ricochait... tac tac... On ne savait plus où se mettre... D'autres répondaient... Ni les Boches ni nous ne savions sur qui on tirait... Avec la nuit ça devenait inte­nable..."

 

 Otto Dix 

Peintre expressionniste allemand

(1891-1969)

Différentes gravures

 

Soldat blessé (1916) 

 

Technique: gravure

 

Mouvement: expressionnisme

 

 

Pour en savoir plus sur ces oeuvres d'Otto Dix:

http://cites-unies-histoire-des-arts.over-blog.com/pages/La_peinture_dOtto_Dix-5053000.html

 

 

Stanley Kubrick

Réalisateur américain

(1928-1999) 

Les sentiers de la gloire

(1957)

 

 

Pour en savoir plus sur ce film

http://www2.cndp.fr/TICE/teledoc/dossiers/dossier_sentiers.htm

 

 

Paroles de Poilus

 

Lettres et carnets du front, 1914-1918,

 

de Jean-Pierre Guéno

 

 

 

 

 

Le regard des artistes contemporains

sur cette guerre

 

 

C'était la guerre des tranchées

de

Jacques Tardi

(Auteur et dessinateur français, né en 1946)

 

 

 

 

Arman

(1928- 2005,artiste français d'origine américaine)

 

 

 

Home, sweet home (II)



 

Technique: accumulation

Mouvement: nouveau-réalisme

 

 

Pour en savoir plus sur l'oeuvre d'Arman

 


Arman, Home sweet Home par centrepompidou

 

 

PROJETS MUSICAUX

 

 

La chanson de Craonne

 

&

 

  NO BRAVERY

 

James Blunt

+

Accompagnement batterie

 

 

James Blunt compose No bravery en 1999 alors qu’il  est soldat de l’OTAN dans les Balkans (guerre civile du Kosovo).

 

 

 

 

 

  « J'ai servi au Kosovo lors de la campagne de bombardements, et des accords de paix. Nous devions tout faire pour éviter que les gens s'entre-tuent. Vous entriez dans des maisons incendiées, dans des champs de cadavres et vous aviez vraiment le sentiment que quelqu'un ou quelque chose d'incroyablement démoniaque était passé par là ».

 

James Blunt quitte l’armée britannique en 2002 pour se consacrer à sa passion : la musique. Il obtiendra un prix aux NRJ Music Awards dans la catégorie « révélation internationale de l'année » avec l’album « Back to Beldam » où figure No bravery.

 

POUR T'ENTRAINER

 

à chanter mais aussi pour travailler

le rythme joué à la batterie en bodypercussion

 

 

 



Commentaires (1)

Anonyme le 27/11/2013
super site, bravo!


Ecrire un commentaire


DERNIERS ARTICLES :
Comprendre la physique par la musique
    Il n'est pas toujours nécessaire de faire des grands discours pour appréhender des phénomènes scientifiques complexes.    Voici une vidéo qui permet de mieux percevoi
MEDLAY It had to be you / Perhaps / It's so quiet
      IT HAD TO BE YOU   Version Harry Connick Junior pour la BO du film  Quand Harry rencontre Sally       S'enchaîne à      PERHAPS version Pussicate Dolls       et
Je ne veux pas travailler
      Tout est dans le titre : ))     JE NE VEUX PAS TRAVAILLER Version Sole Gimenez  
New york New york
    New York New York    Version Frank Sinatra        
L'autruche
     L'AUTRUCHE  Exrait de la comédie musicale Emilie Jolie Version Maurane